Bienvenue à la maison communale de l’environnement

Les écologistes se réjouiront de la reconversion en maison de l’environnement des anciens locaux de la poste de Néchin. Ils se désoleront par contre des relents politiciens qui ont ponctué les discours lors de l’inauguration ainsi que la façon dont le PS utilise un projet communal à des fins partisanes dans une brochure électorale luxueuse qu’aucun autre parti politique d’Estaimpuis ne peut s’offrir et qui n’est pas vraiment en papier recyclé… Le projet de Maison de l’Environnement a été approuvé par tous les membres du conseil communal. C’est une nouvelle fois tromper la population que de le présenter comme un projet exclusivement « socialiste » !

Publié le lundi 26 décembre 2011

« Le parti Ecolo n’a pas le monopole de l’écologie ». A l’heure où tout mouvement politique se réclame de l’écologie, c’est une évidence. Tout comme il serait naïf de croire que seul le parti socialiste défend les travailleurs et la sécurité sociale. Il suffit de discuter avec un syndicaliste pour se rendre compte des pratiques patronales d’un autre siècle pratiquée par certains qui se réclament de cette tendance. Et ne revenons pas sur d’autres pratiques motivées par un appât du profit et de l’enrichissement personnel devenu irrépressible…

Si on peut se satisfaire de constater que les idées mises en avant par le Parti Ecolo depuis 30 ans sont enfin entendues et prises en considération, on ne peut que constater également qu’elles le sont essentiellement de par la menace politique que le parti a exercé sur les « réservoirs » électoraux traditionnels. Dans son analyse de l’évolution du monde, Ecolo a bien eu raison avant tout le monde malgré le révisionnisme pratiqué par certains. On pourrait dire : « Continuez à nous écouter, mais essayez d’être un peu plus rapides à l’avenir, chers imitateurs. »

Les projets qui seront menés dans la maison de l’environnement ne manquent pas d’intérêt. En fait, la plupart des thèmes qui seront abordés le sont par les associations écologistes depuis très longtemps. Une forme de recyclage ou de récupération des idées des autres à une fin commune mais aussi électorale ? Notre espoir est que la maison de l’environnement ne soit pas un projet politicien partisan comme le laissent supposer certains propos. Et que sa gestion reste stable, ce que son changement précoce de tenancier ne laisse pas supposer.

Un parti peut-il se prévaloir de l’écologie parce qu’il a pris conscience tardivement de l’importance de la préservation de notre environnement ? Le marketing utilisé avec des formules utilisées de manière superficielle comme « écologie sociale », « développement durable » n’est-il pas l’arbre qui cache la forêt des méga-centres commerciaux (comme Cora ou Abli) et, plus globalement encore, de l’industrie nucléaire et de la culture d’OGM ? A côté du discours verdi, signalons quand même qu’à Estaimpuis, on a installé des distributeurs de soda dans les écoles, qu’on a renoncé à l’installation d’un chauffe-eau solaire à la crèche, qu’on n’a pas fait aboutir le projet de piste cyclable entre Estaimbourg et Estaimpuis, que le tout nouveau fournisseur exclusif d’électricité pour la commune ne se distingue pas par ses investissements dans l’énergie verte. Des choix contradictoires peu écologistes…

Une autre grande différence entre l’Ecologiste politique et certains autres, c’est sa vision de l’avenir. Pour Ecolo, l’avenir, ce sont les générations à venir. Pour d’autre, l’avenir, ce sont les prochaines élections. Dans les deux cas, l’avenir commence maintenant…

Après la Maison du Patrimoine, la Maison du Canal, les écologistes d’Estaimpuis saluent néanmoins l’initiative et souhaitent à la Maison Communale de l’Environnement un travail efficace et qui influencera le quotidien des Estaimpuisiens.