Xavier Adam fait un point 2011

Deux mandats successifs, douze ans de présence au conseil communal, Xavier Adam revient sur quelques points de l’année 2011.

Publié le lundi 26 décembre 2011

Du Collège au Château

Lors de la première mandature d’Ecolo (2000), deux gros dossiers ont attiré notre attention : celui du « Collège de la Salle » et celui du « Château de Bourgogne ». Pour chacun des choix orchestré par le collège communal (vente pour l’un, rénovation pour l’autre), Ecolo a régulièrement attiré l’attention sur les risques et dérives qui ont finalement terni les projets.

On constate qu’en fin 2011 :

  • le « Collège » avec ses malfaçons est toujours dans un état lamentable et la commune a perdu la main mise dans la partie.
  • le « Château », sa Régie et sa SPRL avec la volonté d’éluder la TVA, n’ont abouti qu’à des amendes pour retard de paiement auprès de l’administration des Finances et des malversations découvertes dans les méandres de cette structure. Le tour de magie puante est raté ! Seule consolation : notre insistance a permis de rouvrir gratuitement le parc d’Estaimbourg à la population.

Du prestige !

Relevons plusieurs travaux de prestige réalisé dont celui du parc derrière l’église de Leers-Nord. Déjà coûteux au départ, il faudra encore compter sur un allongement de la note (2x le prix de la vente de l’école de Bailleul). Et il n’y a même pas le vrai jardinier qui va avec...

A force d’insister…

Après 10 ans de demandes incessantes, la commune d’Estaimpuis va enfin procéder à un désherbage sans pesticides : un désherbeur thermique devrait en effet apparaître dès le printemps.

Le combat pour l’isolation des bâtiments a été difficile : projets AGEBA, puis UREBA permettant des subsides ont souvent été manqués par désintérêt pour les économies d’énergie. Maintenant obligatoire pour toute construction et grosse rénovation, l’isolation est enfin entrée dans les mœurs... Mais tout ce qui n’a pas été fait correctement à l’époque coûtera plus cher aujourd’hui vu le prix de l’énergie. Ce n’est pas faute d’avoir rappelés régulièrement l’importance des clauses environnementales et sociales dans les marchés publics. Ces clauses maintenant acceptées par le collège communal ne sont malgré tout jamais ajoutées d’office dans les marchés.

La sécurité pour les usagers faibles nous a aussi intéressés en demandant l’amélioration des pistes cyclables, les demandes de « sens unique limités », la recherche d’améliorations pour diminuer la vitesse en agglomération, les « zones 30 »…

Comme on le constate, un travail de vigilance et de propositions aura marqué une présence d’Ecolo dans un rôle d’opposition constructive en 2011. Mais disposant d’une majorité absolue, les socialistes estaimpuisiens se montreront malheureusement trop souvent sûrs de leurs faits et obstinés dans des choix regrettables sans écouter les avertissements venant des rangs de l’opposition.