20 ans : Programme en 20 points

Il y a 20 ans, Paul, Thérèse, Guy, Xavier et Yves se mettaient autour d’une table pour créer le groupe Ecolo à Estaimpuis. Si à aucun moment une majorité ne s’est construite avec Ecolo, le remue-ménage d’idées initié à chaque rendez-vous électoral n’est pas resté sans effet. Gageons qu’il en sera de même pour la prochaine législature.

Pour nos 20 ans d’existence, voici 20 idées nouvelles qu’Ecolo propose comme programme.

Publié le mercredi 26 septembre 2012

Pour une véritable participation citoyenne

- 1. Création d’un conseil de village qui sera chargé de proposer des projets concrets au Conseil communal (en remplacement des rencontres annuelles actuelles du Collège). Attribution d’un budget annuel global de 70.000€ à répartir équitablement entre chaque village et en fonction du projet, le conseil communal validant ou non l’investissement proposé. Parallèlement, création d’un échevinat de la participation avec pour mission d’inciter des initiatives de démocratie participative. L’objectif : favoriser une bonne collaboration entre services publics et services associatifs dans le respect de leur autonomie.

La bonne gouvernance

- 2. Refaire de la revue communale « L’Estaimpuisien » un vrai support d’information démocratique et non un outil de propagande au service de la majorité en place et de ses représentants ; en faire un outil complet de promotion de l’économie et de la vie locales.
- 3. Evaluation permanente des projets lancés, en tenant compte de l’aspect financier et de leur efficacité, pour vérifier que cela réponde à un réel besoin exprimé par la population et non une dépense insuffisamment réfléchie de prestige ou à visée électorale.
- 4. Gestion saine, réfléchie, durable et non-électoraliste. Mettre en valeur le patrimoine communal. Budget en fonction des objectifs, de la réalité et des moyens. Optimiser le choix des fournisseurs, si possible locaux. Entretenir ce qui existe avant de créer de nouvelles installations. Chaque centime dépensé doit l’être au seul profit du citoyen.

L’économie

- 5. Application d’un « baromètre du développement durable ». Envisager pour chaque projet économique, pour chaque investissement, une évaluation de son empreinte écologique et de son impact sur les générations futures pour un emploi durable.
- 6. Création de points de vente multi-services (bistrot, point-poste, dépôt de pain…) soutenus par la commune dans les villages dépourvus de commerces. Inciter et aider parallèlement les épiceries existantes à accueillir des producteurs locaux. Leur permettre de faire connaître et de vendre ces produits, et pour nous, consommateurs, de trouver en un seul lieu ces fruits et légumes, miel et dérivés, fromages, viandes, farine, bières, jus de fruits ...
- 7. Faire d’Estaimpuis une commune « tremplin vers l’emploi durable ». Pour que la commune permette à l’employé engagé temporairement de regagner un statut professionnel de qualité et durable, qu’elle assure véritablement la réinsertion du travailleur dans le circuit normal (non-subsidié).

Le logement

- 8. Création de logements « kangourous » combinant une coexistence jeune et 3ème âge vivant en solidarité mais de manière autonome, côte à côte et respectueux de l’intimité de chacun.
- . Création un guichet unique « Tout pour le logement » pour répondre aux besoins et aux demandes des particuliers concernant la construction ou la rénovation d’une habitation, les aides financières, l’énergie.
- 10. Promotion de l’ECOPACK mis au point par Jean-Marc Nollet. L’écopack est une aide régionale destinée à financer des travaux de rénovation durable (isolation, chauffage économe…). Il s’agit d’un package composé d’un prêt à taux 0% et de primes.

La culture, l’enseignement, les sports, les loisirs

- 11. Respect de l’associatif, l’encourager dans ses initiatives, le considérer comme un partenaire à part entière et non en faire-valoir des élus. Permettre à chaque association de faire preuve d’idées originales, d’organiser en toute liberté des activités avec la collaboration des services techniques de l’animation et sans que le politique s’immisce parmi les bénévoles, leur volant en quelque sorte la paternité de l’initiative, s’appropriant ainsi injustement les mérites des citoyens, le temps de la photo pour la presse. Créer un répertoire de l’associatif sur l’entité.
- 12. Création d’un centre culturel pluraliste et favoriser les mouvements de jeunesse.

L’école

- 13. Faire de l’école un atout pour le développement de projets intergénérationnels : valoriser le savoir des aînés dans la commune au bénéfice de tous, par exemple via les écoles de devoirs, en proposant aux aînés d’être témoins au cours d’histoire contemporaine, ou en favorisant les dons de livres d’époque dans les bibliothèques communales.
- 14. Mettre en place des déplacements collectifs  : covoiturage, rangs scolaires par quartier ou village, apprentissage du vélo et trajets en groupe. Faire appel à des organismes tels Pro-Vélo.
- 15. Favoriser l’ouverture vers les technologies de l’information et de la communication (TIC) et faire de celles-ci des alliées dans le cadre des apprentissages et activités scolaires (sans en faire un but en soi ou un gadget publicitaire).

La sécurité

- 16. Renforcement de la sécurité routière aux entrées et aux sorties de villages. Placer davantage de radars préventifs, avec indicateur de vitesse. Aménager les voiries avec les riverains partout où c’est possible avec les riverains. Et dans ce cadre, donner une plus grande visibilité à l’agent de quartier qui doit être soutenu afin de pouvoir signaler tout problème constaté dans les villages et relayer les interpellations des citoyens. Renforcer la cohésion sociale à travers la maison de village, les fêtes de quartiers, les échanges élèves/aînés afin de susciter l’entraide et la sécurité.

Cohésion sociale

- 17. Création de jardins partagés sur des terrains communaux, des Heures claires, pour plus de convivialité, pour faciliter les rencontres intergénérationnelles : les aînés apprenant aux plus jeunes, ceux qui savent à ceux qui savent moins ou pas du tout, l’art du potager.

La mobilité

- 18. Elaboration d’un véritable Plan Communal de Mobilité et s’appliquer à le réaliser avec des engagements clairs, des objectifs concrets et un échéancier des travaux. Y intégrer un réseau de pistes cyclables reliées entre-elles, en aménageant correctement les chemins communaux, en installant des « SUL », sens uniques limités, qui créent des facilités d’accès pour les cyclistes. Entretien et réhabilitation de nos sentiers dans l’entité en collaboration notamment avec l’association Sentiers.be

L’environnement

- 19. Etude et budgétisation par Ipalle d’un système de poubelles à puces. Que le principe pollueur-payeur soit adopté dans le domaine de la production de déchets ménagers et que la taxe immondice soit calculée proportionnellement, permettant ainsi une réduction de la taxe immondices. Qu’un accompagnement réel et sérieux soit prévu pour expliquer et présenter des solutions permettant de diminuer la quantité de poubelles
- 20. Rester propriétaire des ressources énergétiques  : se réapproprier démocratiquement les moyens de production, de distribution et de gestion de l’énergie par les collectivités locales et les citoyens. Gérer la biomasse et les effluents d’élevage pour produire du biogaz en association avec les agriculteurs.