Il y a quelques mois, les membres de la locale Ecolo Estaimpuis ont appris le déménagement de Tatiana Stellian… L’Evregnienne ayant pris la direction de la capitale, il fallait donc élire une nouvelle coprésidente pour les quatre années à venir.  Nous l’avons déjà annoncé, c’est Delphine POQUET qui assure désormais la coprésidence avec Marie Balesse. Delphine qui vient d’ailleurs été élue administratrice de la S.C.R.L. « Les Heures Claires », la Société de Logements de service public agréée par la Société Wallonne du Logement. Pour vous, « Éclats de Verts » est parti à sa rencontre. Entre parcours professionnel, passions, souhaits pour le futur, nous vous invitons à mieux connaître la coprésidente d’Ecolo Estaimpuis …

Delphine, si tu étais …

Éclats de Verts : Delphine, si tu étais toi …

Delphine Poquet : Si j’étais moi? Je le suis ! Heureuse d’être la maman de mon fils âgée de 11 ans et la femme de mon mari. Certes, nous n’avons pas les mêmes convictions politiques… Mais, petit à petit, nos points de vue se rejoignent et/ou se complètent. La preuve, il y a plus de dix ans, je suis parvenue à lui faire quitter la France pour faire grandir notre famille en Belgique, pays dans lequel je pense que notre fils aura un avenir meilleur. Ensemble, il y a un an, nous avons fait le choix de quitter le milieu urbain pour la campagne néchinoise. Déjà engagée auprès de la locale de Mouscron, on m’a orientée vers Thierry pour poursuivre les actions sur l’entité d’Estaimpuis. 

EdV : Pourquoi Ecolo ?…

DP : Après 10 ans de résidence en Belgique, la commune de Mouscron m’a informé de mon droit de vote en Belgique pour les élections communales de 2018. Mon fils m’a alors incité à m’inscrire car il avait repéré un candidat… Simon Varasse dont l’affiche était placardée sur le parking de son école. Curieuse, je me suis rapprochée du groupe Ecolo Mouscron via Facebook. J’ai bénéficié de l’action « Qu’est-ce qu’on sème ? » et j’ai ainsi reçu mon premier flyers écolo. Le slogan « #créonsdemain » a fait résonnance en moi de même que les mots « biodiversité », « nourrir sainement » et « notre santé ». Je me suis ensuite proposée pour aider durant les élections… J’ai donc été témoin dans un bureau de vote. Je suis devenu membre écolo en début d’année 2019… Ce qui m’a permis de pouvoir voter pour nos représentants dans les différentes instances. Pour les élections législatives fédérales belges de 2019, avec Fred Maes, nous avons assisté au dépouillement. Cela a permis à Fred de m’expliquer le fonctionnement des votes en Belgique qui s’avèrent très différent de la France. Année après année, j’apprécie les ambitions des verts belges qui se rapprochent d’une société plus démocratique et plus solidaire en mon sens. De plus, je suis satisfaite qu’ils participent à une coalition avec sept parties pour ces cinq prochaines années.

EdV : Si tu étais un engagement…

DP :  Ce serait la lutte contre toutes les discriminations. Petite, mes parents m’ont enseigné la tolérance en acceptant l’autre tel qu’il est. Ancienne bénévole à l’association SOS Homophobie qui agit au quotidien contre les LGBT-phobie, j’ai eu l’occasion de sensibiliser des classes au sein des collèges et lycées à toutes les formes de discrimination et notamment le sexisme. Cette expérience auprès de jeunes adultes m’a permis de me rendre compte que les clichés sur la gente féminine restent ancrées dans notre société. Mais, en engageant un dialogue, il est possible de faire évoluer les mentalités. Je pense qu’il est plus que nécessaire de s’engager dans la lutte de toute discrimination au vue des flux migratoires qui s’annoncent suite aux différents changements climatiques et face aux commentaires honteux que l’on peut lire lorsque des femmes s’exposent publiquement tel. Je pense notamment à Margaux De Ré ou Cécile Djunga.

EdV : Si tu étais un engagement…

DP : Depuis toute petite, je suis particulièrement sensible à l’environnement. Mon engagement en la matière se poursuit… Je suis aussi particulièrement sensible à l’agriculture et l’alimentation durables. L’alimentation saine est un droit fondamental qui n’est pas respecté. Que ce soit en Belgique ou ailleurs, la sécurité et la souveraineté alimentaires ne sont pas garanties. Il faut les défendre. Et pour cela, il faut collaborer avec les agriculteurs qui souffrent également des atteintes à notre sécurité et notre souveraineté alimentaires. Les agriculteurs nourrissent la planète. On l’oublie trop souvent. Il est plus que temps de revaloriser leur métier et leur rôle qui va au-delà de l’alimentation puisqu’ils sont un maillon important de la biodiversité. Il n’est pas normal qu’un agriculteur ne puisse pas vivre de sa production et soit sous-payé pour permettre aux multinationales et aux supermarchés de s’en mettre plein les poches.

EdV : Si tu étais Estaimpuis…

DP : je ferai en sorte de préserver mon cadre de vie. Je préserverai le monde agricole qui nous nourrit en promouvant les produits locaux, mais aussi en favorisant l’élevage et la culture en mode « développement durable ». Pour y parvenir, il ne serait plus question de détruire des terres agricoles pour les remplacer par du béton. Je préserverai également les monuments témoins de notre histoire tels que les fermes au carré, le collège de la salle, le château de la Royère et tous les sentiers qui réunissent les différents villages de l’entité. Je serai enfin plus solidaire en mettant en place un système d’échanges locaux. Parce qu’échanger des services, des objets et des savoirs au niveau local permettra de resserrer les liens entre les générations tout en brisant la solitude de chacun.

 

Et toi Marie ? …

Éclats de Verts : Marie, peux-tu te présenter en quelques mots stp ? …

Marie Balesse : J’ai 47 ans, je vis en couple avec le père de mon fils de 13ans.Je travail dans l’art,je pratique la marche,le yoga/pilates,la méditation.Nous vivons en Belgique depuis 8ans pour que notre fils doit en pédagogie Active à Templeuve : une école non élitiste et normative qui a motivé la création de L’Asbl École de la vie en Grand. Et pour mettre encore plus de sens et d’action à mon amour de la Vie: membre Ecolo depuis trois ans

EdV : Pourquoi Ecolo ?…

MB : L’actualité de l’ecocide me pesait,un reportage sur France Culture proposait l’action comme remède à l’anxiété…Depuis trois ans, j’avoue que « faire sa part » a même bien plus de vertus EdV : Si tu étais la vertu que j’estime le plus : le courage Ma qualité préférée chez les autres : la générosité Mon trait de personnalité le plus révélateur : la douceur Ce que j’apprécie le plus chez mes amis.la tolérance Mon principal point fort.l’optimisme Mon principal point faible.la peur Mon occupation préférée.marcher dans la nature Mon idée du bonheur.se sentir en paix Mon idée du malheur.sans espoir Si je n’étais pas moi-même, qui aurais-je aimé être ?une humoriste Où aimerais-je vivre ? près d’un lac La couleur que je préfère.bleu La fleur que je préfère.la pivoine L’oiseau que je préfère.le rouge gorge Le plat que je préfère.le couscous La boisson que je préfère.le champagne Le son/ le bruit que je préfère.le chant des oiseaux Le mot que je préfère.emerveillement Le mot que je déteste le plus.torture Mes prénoms préférés (féminin/ masculin).Jeanne/Guillaume Mes auteurs/ autrices préféré.e.s.Coehlo,Camus,Alain Mes héros préférés dans la fiction. Mes héroïnes préférées dans la fiction. Mes musicien.ne.s/ chanteur.ses préféré.e.Souchon,Bowie Mes héros dans la vie réelle (vivants ou décédés).Jaurès,Hugo Mes héroïnes préférées dans la vie réelle (vivantes ou décédées). La réforme/ l’évolution historique que j’admire le plus.Loi IVG, Abolition peine de mort Les personnages que je déteste dans l’Histoire humaine. Ce que je déteste par-dessus tout.Laissez les banlieues en ghetto,ne pas éduquer, l’inégalité des chances Les fautes qui m’inspirent le plus d’indulgence. Le don de la nature que je voudrais avoir. Comment j’aimerais mourir.sereine avec l’impression du devoir accompli En quoi je voudrais être réincarné.e. Ma devise.qui fait le sage fait le sot Mon état d’esprit actuel.je suis sur un bon chemin

EdV : Si tu étais Bourgmestre d’Estaimpuis ?

MB : Mais je suis française! 😉 Je m’entourais d’une bonne équipe… J’aimerais surtout oeuvrer pour changer le paysage agricole: favoriser le maraîchage et les circuits courts, pourvoir à une éducation de qualité ( bon ok le ceme c’était nous:), planter: vergers et potagers collectifs,une éducation au goût (cantines et homes) , mettre plus moyens pour la cohésion sociale: le vivre ensemble ; bref respect de l’autre et de la naturen’y ait un seul débat d’idées.

Share This