Ecolo Estaimpuis s’est mobilisé en ligne et par une action symbolique … La campagne de lutte contre les violences faites aux femmes a été adaptée car la crise sanitaire a encore aggravé la situation sur le terrain. 

Depuis début 2017, la Belgique compte plus de 123 féminicides, dont au moins 21 depuis le début 2020. Un chiffre glaçant auquel il faut ajouter les agressions non-létales mais qui marquent les femmes dans leur chair et dans leur esprit, et qui place la Belgique au-dessus de la moyenne d’autres pays européens.

Le 25 novembre, Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, jour de la campagne nationale « ruban blanc », rappelle que les trop nombreuses formes de violences dont elles sont victimes ne sont pas de simples « faits divers » : qu’il s’agisse des violences physiques (de l’agression au meurtre), et de celles, plus insidieuses, telles que les violences psychologiques, économiques, institutionnelles, …qui touchent à l’intégrité et à l’autonomie des femmes.

Pendant la période de confinement, la plupart des services d’aides spécialisés et des associations féministes ont constaté une intensification des violences conjugales. De nombreuses femmes se sont retrouvées confinées, enfermées avec leur bourreau. Elles ont été confrontées à d’autant plus de difficultés que d’habitude pour solliciter les aides extérieures existantes et se mettre en sécurité.

Où s’adresser ? : Ecoute Violence conjugale au  0830/30 030 (Gratuit et accessible 24h/24)

Share This